Accueil > Les origines commençant par G > L'origine de gabelle

L'origine de Gabelle



L'étymologie du mot Gabelle

Imposition sur le sel, qui, selon Mézeray, fut inventée par les Juifs, et dont le nom tire son origine du mot hébreu kabbala, qui vient de kibbel, donner. Du Cange pense que ce mot vient de l'hébreu gab, don, tribut, ou du terme saxon gapol ou gapel, qui signifie la même chose.
Quelle que soit son étymologie il se prenait autrefois pour toute sorte d'imposition. On disait, en France, gabelle de vin, gabelle des draps, gabelle de poisson, gabelle de sel, etc. Dans la suite le terme de gabelle est demeuré propre pour exprimer l'imposition du sel, et cette imposition a été appelée gabelle simplement, sans dire gabelle de sel.


Un impôt mis en place dans la Rome antique

L'origine de cet impôt paraît fort ancienne. L'histoire nous apprend qu'à Rome les salines furent, pendant un certain temps, possédées et exploitées librement par des particuliers, et qu'Ancus Marcius, quatrième roi des Romains, les rendit publiques, et obligea chacun à tirer le sel de ceux qui les avaient affermées. Mais comme dans la suite ceux qui en avaient pris la ferme vendaient le sel trop cher, on abolit ce droit, sur les remontrances du peuple. Cette imposition demeura donc supprimée jusqu'en l'an de Rome 548 ; on la rétablit ensuite sous la censure de Marcus Livius, qui fut surnommé Salinator, parce qu'on crut qu'il était l'auteur de la loi qui renouvelait cet impôt.


La gabelle en France

On croit communément que ce droit par lequel on paie l'eau de la mer et les rayons du soleil fut établi, en France, en 1344 ou 1545, par Philippe de Valois ; mais il est constant que ce prince n'est pas l'inventeur de cette imposition. Ce tribut, sous saint Louis, était déjà en usage dans quelques provinces du royaume. Philippe-le-Long avait exigé un droit sur le sel. Philippe de Valois augmenta considérablement cet impôt, et le rendit en quelque sorte fixe et permanent. Il établit des greniers à sel dans le royaume ; aussi Edouard III, roi d'Angleterre, appelait-il plaisamment ce prince l'auteur de la loi salique.

Autres origines :