Accueil > Les origines commençant par G > L'origine de guillotine

L'origine de Guillotine



Une invention de M. Guillotin

Instrument adopté en France pour trancher la tête à ceux qui sont condamnés à la peine capitale. Cette machine tire son nom du docteur Guillotin, qui en fut l'inventeur. En la substituant aux autres supplices, tels que la potence et la roue qui avaient lieu auparavant, cet estimable citoyen n'était mû que par un sentiment d'humanité, et n'avait en vue que d'abréger et de rendre moins douloureux le supplice des condamnés. Le décret qui supprime les autres genres de supplices et les remplace par la guillotine est du 21 janvier 1790.
« Dans tous les cas, y est-il dit, où la loi prononcera la peine de mort contre un accusé, le supplice sera le même, quelle que soit la nature du délit. Le criminel sera décapité, et il le sera par l'effet d'une simple machine. »


Un instrument proche du maiden écossais

Le docteur Guillotin n'a fait que perfectionner un instrument destiné au même usage, connu depuis longtemps en Ecosse sous le nom de maiden. Les Écossais appellent ainsi une pièce de fer, large d'environ un pied carré, dont le tranchant est extrêmement affilé ; sa partie supérieure est couverte d'un morceau de plomb si considérable, qu'il est presque impossible de le remuer. Au moment de l'exécution, on l'enlève en haut d'un cadre de bois de dix pieds, qui est disposé de façon qu'il puisse couler sans obstacle : au-dessous est élevé, à quatre pieds de terre, le bloc sur lequel le criminel doit poser la tête entre deux espèces de barrés assez serrées pour la tenir immobile. Dès que le signal est donné, l'exécuteur laisse tomber le maiden, qui ne manque jamais, au premier coup, de séparer la tête du corps.
On trouve le dessin de cette machine, à quelques variations près, dans les gravures des anciennes chroniques allemandes. Longtemps avant la révolution, les Parisiens ont pu la voir dans une pantomime d'Audinot qui avait pour titre : Les quatre fils Aymon.

Autres origines :