Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de alambic

L'origine de Alambic


Vase en cuivre étamé ou en étain, et quelquefois en verre, qui sert à la distillation. L'assemblage de l'alambic se compose de trois pièces distinctes, savoir, la chaudière ou cucurbite, le chapiteau et le réfrigérant ou condensateur.


Une invention arabe

Il paraît que c'est dans les écrits des Arabes que l'on trouve pour la première fois le mot alambic, qui dérive de leur propre langue, et qu'ils le connaissaient avant le Xe siècle. Quoi qu'il en soit, cet instrument est resté bien imparfait jusqu'à la fin du dernier siècle, malgré plusieurs tentatives faites en divers temps pour perfectionner l'appareil distillatoire.


Le perfectionnement de l'alambic

En 1801, Edouard Adour, perfectionna le mode de distillation des eaux-de-vie et des esprits, et changea la forme de l'appareil qui servait à cette opération importante. Il plaça entre le chapiteau et le réfrigérant une série de vases remplis de vin ; il fit traverser par la vapeur qui sortait de la chaudière tout le liquide contenu dans ces vases. La seule chaudière était exposée au feu du fourneau, et toute la masse du liquide entrait en ébullition.

Presque en même temps, Solimani et Isaac Bérard, se fondant sur d'autres principes, se bornèrent à placer entre la chaudière et le réfrigérant un vase particulier qu'ils appelèrent condensateur, immergé dans l'eau plus ou moins chaude. La fonction de ce vase consiste à séparer, par la différence de température, les vapeurs aqueuses des vapeurs alcooliques, en transmettant seulement ces dernières à la condensation.
Par ce moyen ingénieux, ils ont beaucoup hâté la distillation, et obtenu par une seule chauffe des produits plus parfaits et plus purs.

Enfin, en 1815, M. Cellier Blumenthal obtint un brevet d'invention pour un appareil propre à opérer la distillation continue. M. Charles Derosne, devenu propriétaire de ce brevet, a beaucoup perfectionné cet appareil, dont la description exigerait trop d'espace.

Autres origines :