Accueil > Les origines commençant par I > L'origine de iconologie

L'origine de Iconologie


Ce mot vient du grec eikôn (image), logos (discours), et signifie discours, dissertation sur les images, sur les figures.


La représentation de l'iconologie

L'iconologie, est-il dit dans le Dictionnaire de la Fable, est la science qui regarde la représentation des hommes, des dieux, et des êtres allégoriques. Les modernes la symbolisent par une femme assise qui, une plume à la main, décrit des êtres moraux que le génie lui développe. D'autres la caractérisent par une grande et belle femme, vêtue avec un goût simple et noble, la tête surmontée d'une flamme qui désigne le génie inspirateur des emblèmes allégoriques propres à caractériser les vertus, les talents, les passions, les vices, etc.
Elle a sur la bouche un bandeau, pour indiquer qu'elle ne parle que par signes. De la main droite elle incline une corne d'abondance, d'où sortent des fleurs et des fruits, symboles d'agrément et d'utilité. Sa main gauche, appuyée sur la sphère céleste, tient une palme unie à un rameau d'olivier, une couronne et une balance, pour marquer qu'elle dispense justement l'immortalité, et que les astres et les planètes sont de son ressort, comme les objets terrestres, représentés par la colonne chargée de caractères hiéroglyphiques sur laquelle elle est penchée. Le niveau, l'olivier, le myrte, ainsi que le lion qui repose à ses pieds, sont autant d'attributs qui achèvent de caractériser cette science ingénieuse. Chacun des génies qui l'entourent désigne, par des symboles caractéristiques, l'être allégorique qu'il représente. Des médailles éparses aux pieds de la figure, indiquent que l'iconologie doit être fondée sur la connaissance des médailles et des monuments antiques.


Les attributs assignés par l'iconologie

L'iconologie assigne donc à chacun les attributs qui lui sont propres. Ainsi elle représente Saturne sous les traits d'un vieillard armé d'une faux ; Jupiter, avec la foudre à la main, et un aigle à ses côtés ; Neptune, avec un trident, et assis sur un char traîné par des chevaux marins ; Pluton, avec une fourche, sur un char traîné par quatre chevaux noirs ; Cupidon, avec un arc, un carquois plein de flèches, une torche, et quelquefois avec un bandeau sur les yeux ; Apollon, avec une belle chevelure, un arc et des flèches, et quelquefois avec une lyre ; Mercure, avec un caducée à la main et des ailes à son chapeau ainsi qu'à ses talonnières ; Mars, armé de toutes pièces, avec un coq, oiseau qui lui était consacré ; Bacchus, couronné de lierre, armé d'un thyrse, couvert d'une peau de tigre, et quelquefois traîné par des tigres et suivi d'une troupe de bacchantes ; Hercule, revêtu d'une peau de lion, et tenant en main une massue ; Junon, portée sur des nuages avec un paon à ses côtés ; Vénus, sur un char traîné par des cygnes ou par des pigeons ; Pallas, le casque en tête, appuyée sur son bouclier, et à ses côtés une chouette, qui lui était consacrée ; Diane, habillée en chasseresse, l'arc et les flèches en main ; Cérès, une gerbe et une faucille en main.


Les artistes et l'iconologie

Comme les anciens avaient multiplié leurs divinités à l'infini, les poètes, et les peintres après eux, se sont exercés à revêtir d'une figure apparente des êtres purement chimériques, ou à donner une espèce de corps aux attributs divins, aux saisons, aux fleuves, aux vices, aux passions, aux maladies, etc. Ainsi la Force est représentée par une femme d'un air guerrier, appuyée sur un cube ; on voit un lion à ses pieds. On donne à la Prudence un miroir entortillé d'un serpent, symbole de cette vertu ; à la Justice, une épée et une balance ; à la Fortune, un bandeau et une roue ; à l'Occasion, un toupet de cheveux sur le devant de sa tête, chauve par-derrière ; des couronnes de roseaux et des urnes
à tous les Fleuves ; à l'Europe, une couronne fermée, un sceptre et un cheval ; à l'Asie, un encensoir, etc.


Une sorte de langue hiéroglyphique

Les poètes, les peintres et les sculpteurs doivent connaître l'iconologie ; il ne leur est pas permis de changer les attributs consacrés par l'usage à symboliser telle ou telle divinité, tel ou tel être physique ou moral. L'iconologie est, si l'on veut, une langue hiéroglyphique à l'usage de laquelle les hommes de lettres et les artistes doivent se soumettre.

Autres origines :